Contribution SD Paris 10e : Sur l'Europe

Publié le par Webmaster

 EUROPE DANS LE MONDE  ----  EUROPE SOCIALE

POUR UNE POLITIQUE D'IMMIGRATION EQUILIBREE

Les frontières ne peuvent être ni totalement ouvertes ni complètement fermées



 Les déplacements d'êtres humains sont plus précieux, plus délicats que ceux des marchandises et des capitaux. Encore plus que les circulations matérielles, celles des personnes ne peuvent, pour des socialistes, être régies par le "laissez faire - laissez passer" ! Comme il n'y a pas d'équilibre satisfaisant réalisé par des ajustements spontanés, les socialistes militent donc pour la définition de règles et la négociation d'accords permettant une REGULATION.

L'Union européenne, comme chacun de ses Etats, n'ayant pas les moyens d'accueillir tous ceux qui veulent s'y installer, il faut définir et faire respecter des conditions d'entrée aux frontières. Cela  doit impliquer la mise en œuvre de politiques intelligentes et justes.
                         
  • Il faut d'abord s'attaquer aux réseaux qui sont aux sources de la clandestinité des trafics d'êtres humains et de main d'œuvre.
  • Il faut une politique d'asile pour les réfugiés: elle doit être harmonisée dans toute l'Union, en conformité avec les engagements internationaux, dans le respect des droits humains et de la dignité des personnes.
  • Il faut une politique de régulation migratoire :  elle doit être coordonnée selon des critères rationnels pour permettre l'accueil optimal et l'intégration réussie des migrants.
  • En dernier recours, la reconduite aux frontières et dans les pays de départ doit être organisée dignement et sans plus de rigueur que la répression exercée envers les passeurs et les mafias !

 

R E G U L A T I O N

            
 Le maître mot des politiques préconisées et conduites par les Socialistes est bien celui de « régulation » !   Mais il faut  donner toute la substance et l’ampleur de son usage par des politiques socialistes ; il importe en effet de bien marquer la différence avec l’usage superficiel et abusif de la notion de régulation par la droite (comme elle le fait du mot réforme par ailleurs).

Il s’agit de définir des règles d’organisation dans un processus politique de consultations, négociations et délibérations conclu par des contrats, des règlements ou des lois.

Il s’agit d’instaurer cette régulation partout où il faut contrecarrer ou canaliser  l’évolution désordonnée, injuste ou dangereuse de l’activité humaine dans ses productions, ses échanges et ses déplacements.

R E L A N C O N S    L’E U R O P E

Dans le cadre des institutions actuelles, et avant même d’accéder aux responsabilités gouvernementales, il importe de mener une réflexion et une activité étroitement coordonnée entre le Parti (donc ses militants), ses parlementaires nationaux et sa délégation au groupe PSE du parlement européen.
        
Quels que soient les avatars des traités et des négociations à venir, des avancées politiques essentielles peuvent être préparées au sein du Parti Socialiste Européen. Le PSE est bien le cadre qui échappe aux contraintes juridiques et diplomatiques ; plus encore il doit permettre de surmonter les contraintes de la diversité politique des partis nationaux.   Avant la négociation diplomatique de nouveaux traités européens, le PSE peut anticiper en débattant avec les citoyens, en coordonnant plus étroitement  ses partis membres et en posant les jalons de politiques communes.

 Il n’y aura pas de démocratie européenne sans qu’elle soit animée par les acteurs politiques collectifs que sont les partis européens. A l’occasion de l’élection du parlement européen, mais aussi au delà de cette échéance  en prenant l’initiative de débats transnationaux, un fonctionnement novateur du PSE sera l’instrument contribuant à créer un espace public, une communauté politique de citoyens, cela même qui nous manque cruellement aujourd’hui.

Pour réussir une politique progressiste, pour bâtir « une nouvelle Europe sociale », pour réorienter le cours de la mondialisation, il faut une stratégie commune des socialistes européens. Notre parti doit donc investir ses militants au sein du PSE pour que celui-ci soit un creuset plus qu’une simple addition de parti nationaux.


Publié dans Contribs à la contrib

Commenter cet article

LALLE 23/06/2008 15:03

militant de base depuis 40 ans au PS e 2 ans à la SFIO Je suis inquièt du ,peu de place que vous faites aux syndicats.ACTUELLEMENT SOUS COUVERT de revoir la représsentativité des syndicats on va massacrer les règles actuelles, en passant du contrat par branches au contrat par entreprises.C'est la mort du syndicalisme et un recul social considérable que j'espère vous percevez