Nouvelle version du texte

Publié le par Webmaster

Retrouvez le blog de la contribution Besoin de Gauche sur http://www.besoindegauche.net

Publié dans Textes de base

Commenter cet article

Regina Garcini 29/06/2008 14:57

Ce message est pour Didier Bonnin (commentaire n° : 27 posté par : Didier Bonnin, section Toulouse II) : ses constats vont dans le même sens que ceux que nous mettons en évidence dans le groupe de travail "Les conditions de vie au travail" que nous avons créé dans le XX eme arrt.
Nous avons rédigé une contribution thématique sue ce sujet que je pourrais éventuellement t'envoyer. Mais au-delà de cela, es-tu intéressé pour poursuivre avec nous un travail de longue haleine sur ce sujet ?
Réponse à regina.garcini@free.fr. Merci.
Tu peux également consulter les propositions d'amendements que nous avons faites (amendements de rénover maintenant Paris XXeme) sur ce site pour te faire une idée de nos positions.
Amitiés socialistes
RG

Deudeu 29/06/2008 01:51

En première lecture je me contenterai de commenter le volet sur la nouvelle donne écologique, car c'est mon sujet de prédilection.

Je pense qu'il est dommage de se concentrer sur le pétrole alors que le problème des ressources non renouvelable est beaucoup plus générale. Bien sur, le réchauffement climatique et le cour du baril font du pétrole un sujet d'actualité et merite toute notre attention, mais il me semble intelligent de prévoir dés aujourd'hui l'épuisement des autres matières extraites de la croute terrestre. Cela permettrai d'eviter à terme des situations similaires à celle que l'on vit aujourd'hui avec les produits pétroliers.

En devellopant l'industrie et les techniques du recyclage il est possible d'avoir un accés simple et économique à un grand nombre de matières premiéres qui peuvent permettre à l'économie Française de parvenir à compenser en partie la pauvreté de son sous-sol.

De plus, avec une impulsion forte des pouvoirs publics il est possible de dévelloper des technologies qui seront tôt ou tard très demandées. On pourrai donc se mettre à court terme en position de force sur un marché réellement tourné vers l'avenir.

Jean-Louis 26/06/2008 00:34

1. Quels objectifs le Congrès doit-il assigner au Parti socialiste ?

Définir de nouvelles règles et une nouvelle moralité:

Le décalage de plus en plus important entre la pratique du discours et la réalité des actions prises enlève tous crédits nos actions. Le temps d’une certaine morale dans l’action politique est venu. Comme parti de gauche nos actions doivent être exemplaires.
Par exemple, nous ne pouvons plus laisser des maires socialistes ne pas respecter, ni pratiquer de politique volontaire afin de respecter les 20% de logements sociaux dans leur ville.
Nous ne pouvons plus laisser des médecins se réclamant de notre parti, pratiquer et encourager une médecine à 2 vitesses.
Nous ne pouvons plus laisser des dirigeants ne pas respecter nos règles et valeurs.
La cohérence doit être de mise entre le discours et la réalité.
Les militants seront cette fois-ci respectés : les positions actés dans la contribution et dans la motion qui suivra devront être appliquées et défendues sans exception par tous sous peine d’exclusion. Ceci s’applique au non cumul des mandats et à tous les principes énoncés.



1.1. Définir un nouveau modèle de développement


Notre compétitivité économique doit s’appuyer sur le terreau et la richesse de nos institutions et de nos infrastructures. Nos entreprises doivent bénéficier d’employés formés, de solides infrastructures de transport, d’un système de santé performant, de sécurité, et d’un tissu social apaisé. Cet environnement doit bénéficier d’une attention particulière, du support de l’état et de la collectivité.
Mais cet effort de la société pour apporter le meilleur support aux entreprises, doit faire l’objet d’une contre partie de celles-ci.
Elles doivent s’engager afin de pratiquer une stratégie sur le long terme.
Leurs profits doivent être liés à une responsabilité sociétale qu’elles doivent assumer
La politique économique doit être envisagée de manière globale, viser le bénéfice de tous, protéger les individus.

1.2. Promouvoir l’égalité réelle.

La valeur travail doit être réhabilitée. L’hypocrite « travailler plus pour gagner plus » est un leurre qui vise en réalité à maintenir largement la rétribution du capital pour les privilégiés. Ce sont les plus démunis qui aujourd’hui font l’expérience de l’exploitation de leurs efforts.
Il est nécessaire de retrouver le sens des valeurs, permettant à ceux qui par leurs travails contribuent réellement à faire avancer la société d’être enfin encouragés et récompensés.
Nous sommes favorables par exemple d’attribuer sous conditions liées au mérite de bourses d’études revalorisées afin de promouvoir les talents et contribuer ainsi à s’attaquer aux inégalités à la racine.


Nous voulons promouvoir l’accès à une culture populaire. Nous mettrons les moyens qui ne sont pas tous financiers afin que les pratiques culturelles et aussi sportives soient au cœur de la vie de la population.







1.3. Réaffirmer notre engagement européen.

Nous devons œuvrer afin de rendre les décisions européennes plus visibles pour les populations. Le développement des stratégies européennes doit être menées sans dogmatismes dans l’objectif d’assurer la protection des individus.
La solidarité européenne doit être exemplaire de garanties individuelles basées sur les développements durables en matière sociale, écologiques, de santé, de circulations,...

1.4. Reconstruire le Parti socialiste.

La formation doit des militants doit être privilégiée.
Il faut rétablir le respect et la prise en compte du travail des militants.
Les réunions des sections doivent être soutenues par l’implication de leurs responsables. Le travail des sections doivent être envisagées sur le long terme et ne doivent pas servir aux préparations exclusives des échéances électorales. Les réunions de section doivent être l’occasion d’échanges réguliers. La parole doit être donnée de manière plus importante aux militants. Elle doit être remontée au niveau fédéral et national.
Il faut rendre le fonctionnement du parti plus dynamique. Il doit être à l’écoute des militants, être force de proposition, et visible en matière de communication.
Le fonctionnement et la gestion du parti doivent être exemplaires des politiques qu’ils suscitent.
Le respect des règles doit être absolu.
Une manière d’envisager la politique par plus de morale et d’éthique dans l’action doivent être la ligne directrice. Il est désespérant pour les militants et pour un parti qui se dit de gauche et démocratique de voir : les règles non respectées, un parti considéré comme unique instrument et tremplin permettant à l’exclusion de tout autre chose, de promouvoir les ambitions personnelles. Il n’est plus acceptable de voir multiples contributions et propositions bâties, être détruite l’instant suivant par de nouvelles portant la signature de tel ou tel.


2. Quel programme de travail pour les deux ans à venir ?

2.1. Un nouveau modèle d’Etat-Providence
2.2. Une nouvelle relation aux syndicats :

Un nouvel espace de responsabilités élargies doit être attribué aux organisations syndicales. Les négociations collectives doivent permettre une responsabilité conjointe entre les syndicats et les entreprises pour un mutuel bénéfice apporté aux salariés, aux cadres et aux dirigeants. Elle doit être basée sur le long terme.
Les organisations syndicales doivent être responsabilisées dans l’objectif de rentabilité des entreprises. Elles doivent être garantes et participer à la sécurité à l’intérieur des entreprises. Elles doivent contribuer au respect des normes écologiques et environnementales. Mais elles doivent également être respectueuse des objectifs de profit qu’ont les sociétés dans le respect du bien commun.

2.2. Une nouvelle croissance

2.3. La nouvelle donne écologique

2.4. Un nouveau rapport au territoire :
Le rapport aux territoires issu de la décentralisation doit être revu. Les modes de financement des régions et localités doivent être repensées afin de prolonger les efforts de décentralisation innitiés.
L’aspect territorial doit être pris en compte de meilleure manière et de façon plus juste et égalitaire dans notre pays. La politique agricole, celle de la pêche, qui les conditionnent, la désertification de nos campagnes, les infrastructures de santé, d’éducation, de transports, de logements, de communication (Internet) doivent être pris en compte pour une meilleure optimisation de celles-ci et une juste répartition des moyens entre grandes villes plus petites et campagnes.
Le mode de distribution des produits, les modes de déplacements doivent être notamment revu pour s’adapter à une dimension plus humaine et locale.


2.5. Une gestion des risques :
Une place importante doit être donnée concernant la gestion des risques et crises majeures. Le rôle de la sécurité civile doit être accentué. Cela concerne la préparation de la gestion des risques en matière de santé, par exemple en cas de pandémie, en cas de catastrophes naturelles, industrielles, liées au terrorisme,….

2.6. Une gestion des ressources :
Au-delà de l’aspect écologique, une politique de justice et d’égalité doit être menée en vu de garantir et de redistribuer de manière équitable les ressources (eau, énergie, alimentaires).
Cette politique doit être menée pour le long terme et de manière préventive.

2.7. Communication et politique d’information :
La diffusion démocratique de l’information doit être mise en œuvre.
Nous devons faire des points et être garant des engagements et résultats vis-à-vis des objectifs que nous nous sommes fixé.
Nous devons garantir l’indépendance de l’information.

2.8. Une démocratie renouvelée.

2.9. La liberté du destin individuel

2.10. Une France au service d’un monde moins déséquilibré


2.11. Une Europe unifiée et puissante


2……Autres points
Même si je prends en compte la volonté de concision de la contribution, je pense que les sujets concernant la diversité, l’immigration, la sécurité et la justice devraient être abordés.
Je laisse le soin à d’autres contributeurs d’aborder le sujet.

J’espère que l’avancement des propositions, leurs clarifications, et les positions prises par ceux qui en sont à l’initiative permettront de me conforter dans l’adoption d’un texte et d’une ligne qui je dois le dire ne m’a pas ....encore, complètement convaincue.

Tommaso 25/06/2008 19:09

@vergoizy

Voici : http://moscovici.typepad.fr/blognational/page/2/

Quatrième article en partant du haut...

Laurent 25/06/2008 09:04

"un mandat de conseiller municipal n'est pas forcément incompatible avec un mandat cantonal ou régional (à des postes autres qu'adjoints)"
Le but est d'exercer son mandat dans le temps correctement imparti et prévu.

Les mandats locaux sont déjà incompatibles (par la loi) entre eux.

Enfin c'est plus facile et ça laisse moins de marge de négociation d'indiquer que tous les mandats sont interdis plutôt que de laisser le sujet flou.