Le contrat de rénovation

Publié le par Webmaster

Au-delà des responsabilités et des dysfonctionnements de quelque nature que ce soit, la défaite présidentielle de 2007, la troisième consécutive, renvoie aux lacunes fondamentales, idéologiques et programmatiques des socialistes français.

Malgré la mobilisation des jeunes, des cités, la reconquête d’une partie des votes populaires, nous n’avons pas répondu aux attentes essentielles des français : la protection face à la mondialisation, la préservation de la sécurité sociale, la juste répartition des revenus et des prélèvements, la place, la valeur et juste rémunération du travail, la garantie de la promotion individuelle, l’articulation des droits et des devoirs… Face à un Sarkozy organisant les divisions internes des couches populaires et moyennes, nous n’avons pas su proposer à l’ensemble de notre base électorale un nouveau pacte social et territorial fédérateur.

Nous pensons aussi que si les objectifs précis que nous poursuivons - réduire les inégalités, protéger collectivement des aléas de la vie, renforcer l’égalité réelle par l’augmentation et la démocratisation de l’éducation et de la formation - restent pertinents, nous devons inventer les moyens d’en garantir l’effectivité pour tous et la pérennité financière. Dans le capitalisme d’aujourd’hui, il ne suffit pas d’affirmer pour réformer. Il faut définir des stratégies d’action ciblées, rechercher des résultats perceptibles concrètement par les individus et évaluer en permanence. Inventer de nouveaux modes d’action est une condition de notre rénovation.

Miser sur les difficultés de Sarkozy, la dégradation de sa popularité, ne suffira pas. Nous ne devons pas réitérer l’expérience stérile des années 2002-2006 qui nous a conduit d’une défaite à une autre. Nous devons désormais prendre à bras le corps le véritable agenda de la rénovation. Trente cinq ans après Epinay et près de vingt ans après la chute du mur de Berlin, nous devons réviser notre doctrine pour clarifier nos principes, refonder le clivage gauche / droite, et répondre aux nouveaux défis historiques posés par la mondialisation, les chocs écologiques, l’individualisation sociale et culturelle, la crise de l’Etat social et du modèle républicain.

Ce défi ne peut être relevé que collectivement. Il suppose un travail approfondi et sincère qui dépasse les jeux de rôles traditionnels et les contradictions artificielles, un processus politique qui fasse le pari des idées avant celui des stratégies personnelles. C’est le sens et l’ambition de la démarche que nous avons décidé d’entreprendre ensemble.

Nous convergeons sur le diagnostic fondamental, le sentiment de l’urgence de sauver le parti socialiste en le rassemblant et en le faisant muter en profondeur.

 

Télécharger l'intégralité du texte

Publié dans Textes de référence

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

yves angers 20/06/2008 09:52

Dans

1.1. Définir un nouveau modèle de développement

Il est dit :

Par opposition à la spéculation financière, qui détourne le capital des investissements indispensables, par opposition à la politique de la droite, qui, en France, privilégie la rente, la gauche doit soutenir la prise de risque entrepreneuriale.



Je souhaite que l'on insiste là-dessus:

La gauche réformiste soutient les entrepreneurs et les entreprises. Elle entend même les aider à plus de performances et plus de profits. Simplement, et en toute justice, ces profits doivent être utiles à l'ensemble de ceux qui les ont créés directement et plus loin , à l'ensemble de la société qui a contribué aux conditions de la réussite.


D'une façon générale, la formulation doit être positive et conquérante, par exemple :

il ne s'agit pas de se défendre de la mondialisation => il s'agit de prendre notre place dans l'économie mondialisée, il s'agit d'oeuvrer pour une régulation telle que les échanges soit loyaux, que le dumping social et fiscal disparaisse....
la régulation par les socialistes, c'est vers le haut, vers le mieux-disant social .

Pour sourire, de temps en temps, une phrase de moins de trois km de long ...

Tonio 17/06/2008 10:39

De manière général, ce texte est bien meilleur sur la fiscalité et la protection des travailleurs que "besoin de gauche", qui parle de "stabilisation des impôts" comme prisme de lecture et de la mobilité comme un outil de création de richesses.

yann 17/06/2008 06:42

Attention aux difficultes de sarkozy; ce peut etre son arme de campagne 2011-2012 : "malgre les difficultes economiques, j'ai fait ce que j'avais annoncé, simplement les resultats ne sont pas là"

Seb 15/06/2008 23:31

Une seule remarque: je crois que la formulation "protection contre la mondialisation" est malheureuse car elle tend à presenter la mondialisation comme une phenomene exclusivement negatif (le terme "contre" est à cet egard tres significatif).Or, si il est evident que nous devons faire en sorte qu'elle soit "regulée" internationalement afin d'eviter la dictature du "tout marché", nous devons egalement presenter la mondialisation sous un jour + positif et montrer qu'elle represente une vraie opportunité si nous menons une politique efficace afin que chacun puisse y trouver sa place.

Il serait donc preferable de presenter les choses differemment: La gauche doit rompre avec la rhetorique frileuse et pessimiste vis à vis de la mondialisation.Bien maitrisée, celle ci represente une vraie opportunité de paix et de prosperité sur l'ensemble de la planete.Le but de tout gouvernement progressiste est de faire en sorte que chacun puisse trouver sa place dans un monde globalisé afin que la mondialisation offre des opportunités à tous et non à quelque uns seulement.Toute action en ce sens doit etre menée aussi bien à l'echelon national qu'europeen et mondial.

selene 15/06/2008 20:03

Ce texte , qui comporte un grandd nombre d'éléments interessants date quand même de décembre 2007. Son exposition ici est elle volontaire, ou fortuite?

j'aime particuliérement le vocable de "liberté ordonnée", l'annonce des nouvelles méthodes de travail pour le PS, peut on prendre des bouts de ce texte pour les ajouter à la contribution de S§D et du NPS?

Webmaster 15/06/2008 21:44


La mise en ligne est volontaire dans le cas où les camarades de SD et de RM qui contribuent à cette contribution n'avaient pas eu ou lu ce document. Décembre 2007, ce n'est pas si loin...