Les cinq exigences

Publié le par Webmaster

Voici les cinq exigences pour un congrès efficace que nous voulons développer avec vous :


1. Définissons un projet de société : le nouveau modèle de développement

Ce modèle consiste à :

- Réorienter l’éducation et l’enseignement supérieur pour assurer à la France un avantage comparatif durable sur les pays émergents dans les secteurs à forte  valeur ajoutée.
- Mettre en œuvre une stratégie industrielle et des services qui articule plus finement programmes sectoriels et action territoriale : développement de pôles de recherches et d’innovation associant universités, centres de recherche, entreprises et collectivités locales, simplification et concentration des aides à l’innovation sur les PME…
- Lutter contre les déficits, réduire la dette publique et stabiliser les prélèvements obligatoires par une réforme de l’Etat intelligente et un investissement social plus efficace.
- Rendre la croissance plus respectueuse de l’environnement en encourageant la biodiversité, les économies d’énergie et l’instauration d’une taxe internationale sur les émissions de CO2.
- Faire naître un nouvel équilibre Nord-Sud, par un effort de coopération réorienté, la régulation des ressources premières et de l’eau et la lutte contre la famine.


2. Abordons la nouvelle question sociale

C’est une condition de la réussite du nouveau modèle de croissance. Pour faciliter l’égalité réelle des chances et l’émancipation individuelle, il faut :

- Repenser nos systèmes de protection sociale et les garanties collectives des salariés pour améliorer la mobilité professionnelle, cruciale pour la création d’emplois et de richesses.
- Préparer les personnes et territoires fragilisés à affronter les mutations, par un effort accru dans les services publics, notamment l’éducation, des formations repensées et la mise en place d’un système de « salarié franc » allégeant les cotisations sociales pour les embauches de jeunes venant des territoires relégués.
- Promouvoir la démocratie sociale et la participation des salariés aux prises de décisions stratégiques des entreprises.


- Créer une allocation d’autonomie pour les étudiants sous condition de ressources du foyer fiscal et de réussite scolaire.
- Créer un contrat d’entrée dans la vie active association accompagnement dans la définition d’un projet professionnel, formation qualifiante et rémunération à hauteur de l’allocation de solidarité.
- Encourager une plus grande redistribution des cartes à chaque génération en rééquilibrant la fiscalité au profit du travail et au détriment de la rente.
- Anticiper les évolutions rendues nécessaires par le vieillissement de la population, en améliorante la prise en charge de la dépendance.
- Encourager la natalité, par une réforme du congé parental permettant aux pères d’assumer une part plus importante de la garde des bébés et des jeunes enfants.


3. Relançons l’Europe


À cet, effet, nous devons :

- Faire de l’Europe l’outil d’une nouvelle gauche dans la mondialisation, en dessinant un projet économique et social européen.
- Encourager, dans la nouvelle donne institutionnelle issue du Traité de Lisbonne, l’imposition par le Parlement européen d’un pacte économique écologique et social continental.
- Renforcer les capacités de l’Europe en matière de défense et de sécurité.


4. Changeons la gouvernance du Parti socialiste

Pour ce faire, il nous faut :

- Retrouver un leadership de travail.
- Imposer une transparence, par la création d’une TV via Internet et la retransmission des travaux des conseils et bureaux nationaux.
- Changer les méthodes des instances de direction nationales.
- Redonner au Conseil national son pouvoir d’orientation et de contrôle.
- Instaurer des conseils fédéraux où les grands élus siègent et rendent compte, et où les secrétaires de section puissent participer aux décisions.
- Encourager les sections investies dans la société.
- Respecter les militants, d’abord en les impliquant dans les débats nationaux.
- Repenser l’accueil politique des nouveaux adhérents.
- Développer la formation des militants.
- Préparer de grandes conventions dans le cadre d’« ateliers de l’alternative » ouverts à nos partenaires et à la société civile pour trancher les grandes orientations : égalité, école, vieillissement et protection, réforme des l’Etat et des collectivités locales.

 
5. Inventons une nouvelle stratégie de rassemblement

Pour que la gauche redevienne victorieuse, il est nécessaire de :

- Réduire les menaces que représentent pour nous Olivier Besancenot et François Bayrou.
- Transformer le PS en parti de toute la gauche, en visant un score de 35 %.
- Reconquérir les territoires relégués et le salariat précarisé.
- Associer  les intellectuels à notre réflexion.
- Engager un dialogue régulier et approfondi avec le monde associatif et les syndicats.
- Promouvoir la parité et la diversité, notamment par une meilleure préparation des candidats
- Offrir à l’opinion publique des porte-parole à l’image de la France.
- Faire du contrat de gouvernement le préalable à l’octroi de circonscriptions aux Verts, au PCF, au PRG, au MRC.
- Préparer la désignation de notre candidat à l’élection présidentielle, en 2011, par l’organisation de primaires organisées autour du PS et ouvertes à tous ceux qui le souhaitent.
 

Conclusion


Notre contribution a pour but de faire avancer le PS concrètement sur ces cinq questions. Ce sont les exigences sur lesquelles nous souhaitons bâtir un travail en commun, une nouvelle aventure collective. Il ne s’agit pas de s’empêtrer dans les débats du passé, mais d’éclaircir et d’étayer ceux de l’avenir. Nous le disons avec force : notre pays, notre continent ont  besoin d’une nouvelle gauche. Soyons en les inventeurs.

Publié dans Textes de base

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bloggy Bag 18/06/2008 16:00

Et si on ajoutait une sixième exigence ?

Nous déclarons vouloir refonder notre approche économique (exigence 1) et sociale (exigence 2), refonder notre ambition européenne (et pas seulement "relancer" qui serait une pichenette ridicule au regard du mur qui nous fait fasse et, comme je le pense, implique de se redéfinir nationalement et régionalement).
Se contentera-t-on d'un catalogue de mesures, certes réfléchies et pertinentes mais qui risquent de sembler un peu molles face aux défis énergétiques, climatiques et démographiques, et qui donc ne sembleront pas assez toucher et impliquer les citoyens chaque jour un peu plus méfiants et irrités de notre incapacité passée à résoudre nos problèmes au-delà du quotidien ? Quel sera l’outil dans lequel pourront s’identifier les français pour nous soutenir avec énergie, confiance, voire enthousiasme ? Y-a-t-il en nous assez de force, de conviction, d’imagination, de transgression pour sortir du fauteuil du gestionnaire et chausser les bottes du découvreur de mondes ?
Exigeons donc un tel outil porteur à la fois de rationalité et d’utopie, capable d’être pris en main par tous, pour construire une France nouvelle capable de surmonter toutes nos crises. Cet outil, j’en suis persuadé, est tout entier défini par la création d’un urbanisme pionnier qui de la reconstruction de quartiers à la construction de nouveaux villages permettra de mobiliser les forces dans un effort commun pour reconstruire (au sens premier) un environnement qui réussit à résoudre tous nos problèmes à la fois : nouvelle donne énergétique, nouvelle organisation du tissu économique, renaissance du tissu social, résolution du problème écologique et de pression sur les écosystèmes.
Rien dans notre société actuelle n’est adapté aux 3 ruptures en cours (démographique, énergétique, climatique). Si nous nous y prenons mal, nous nous épuiserons à faire vivre un modèle comateux (cf. l’actualité de la pêche). Si nous nous prenons bien, nous serons en mesure de proposer au monde un modèle de société à la hauteur de notre histoire et de nos ambitions universalistes.

Certains irons à ce congrès avec l’ambition d’être pris en photo sous les ors usés des palais de la République. Allons à ce congrès avec l’ambition de sauver notre civilisation du naufrage qui la menace et d’offrir à nos enfants un monde à l’image des rêves du meilleur de l’humanité. Rien de moins.

Miatt 18/06/2008 01:12

3. Relançons l’Europe

L'Europe telle qu'elle se construit ne nous satisfait pas, ainsi nous devons :

- Remettre en marche la construction européenne en relançant une Assemblée Constituante européenne visant à redéfinir l'ensemble des limites et des objectifs de l'Union Européenne.
- Participer à une campagne commune sur le programme commun du Parti Socialiste Européen dès 2009.
- Encourager l’imposition par le Parlement européen d’un pacte économique écologique et social continental.
- Faire de l’Europe l’outil d’une nouvelle gauche dans la mondialisation, en dessinant un projet économique et social européen.
- Mettre en place une armée européenne avec une direction sous la responsabilité de l'Union Européenne.
- Exiger un audit des risques encourus par l'Europe dans la crise financière et mettre en place les mesures au niveau européen visant à protéger l'économie européenne.

Amélie 17/06/2008 21:59

NB: l'on pourrait également reprocher au texte que l'on y trouve rarement le mot "consensus" la terrible expression "dialogue social" qui fait tant frémir en france! pourtant nous portons ces valeurs: le mouvement social n'est pas une fin en soi mais un levier vétuste et capricieux pour faire plier le gouvernement; d'autres voies sont possible affirmons le.

Amélie 17/06/2008 21:47

peut être serait-il judicieux de développer un peu plus sur l'europe notamment après le non irlandais: peut on réfléchir à un europe à plusieurs vitesse? les 6 n'ont pas été contraint par un traité pour rentrer dans la cee, les nouveaux membres n'ont pas été forcés de rejoindre l'UE ; pourquoi contrainde les euroscceptiques à accepter une europe politique, sociale, et environnementale "plus contraigante" (du fait de la diplomatie commune ) ?
je m'interroge également sur l'absence de questionnements institutionnels .
S'ils ne doivent pas être un axe de réflexion prioritaire, ils doivent être présents, c'est une problématique importante que les reconstructeurs doivent affronter.
de manière générale le fond et les enjeux du texte ressemble à la gauche dont nous avons besoin ; mais attention aux formulations qui nécessitent trop d'explications annexes, et à certaines propositions parfois trop détaillées ou bien omises.

BAILLERGEAU Maurice-Alain 17/06/2008 16:11

@Bloggy Bag

Merci de me permettre de retrouver la fin de ton mail du 23 janvier 2008 (Comment piper les dès démocratiques ?)
L'idée me semble intéressante, je reviens vers toi après mise en commun avec quelques potes qui ne sont pas indifférents au sujet traité.